• Forte chute du $

    Forte chute du $

     

    Au sommaire:

    • Forte chute du $,
    • Jusqu’où peut descendre le pétrole ?
    • Pourquoi sa chute entraine l’économie mondiale.
    • Vers la faillite des émergents ? 

     

    Télécharger « le cac vu de Newyork 6.pdf »

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Goodoff
    Samedi 6 Février 2016 à 10:06

     La courbe de Phillips, l’indicateur fétiche de  Janet Yellen, à qui elle a consacré sa vie, est plutôt mise à mal. Plein emploi dans les pays de l’OCDE et l’inflation ne repart pas. Les prix manufacturiers baissent ! C’est contraire à tous les historiques des courbes de Phillips depuis 1958. La concurrence mondiale bloque les salariés dans leurs revendications salariales. On a  le plein emploi, sans que les salariés obtiennent des salaires supérieurs. Les acteurs économiques achètent alors à l’étranger… 

    De plus ils préfèrent acheter à l’étranger moins cher que de donner  un emploi à leurs enfants. La régulation se fait au niveau des pays et des monnaies, avec de fortes zones de plein emploi et des poches de chômeurs ; 

    Tant que la Fed raisonnera avec un modèle économique faux, on ne risque pas de la  voir prendre les bonnes décisions.

    2
    sylvain 24
    Samedi 6 Février 2016 à 17:17

     On a globalement un bon job report : le salaire horaire augmente, plus que prévu ; le nombre de salariés qui reviennent sur le marché du travail, augmente. Tout cela est bon pour la consommation, le moteur de l’économie aux US. 

    Il y a deux vents contraires : la hausse du $ et la volatilité des marchés financiers. 

    Pour résumer, le 31 décembre on attendait 4 relèvements de taux de la Fed, en milieu de semaine  on était descendu à zéro, et vendredi soir on parle d’un possible. La baisse devrait se calmer. Pourquoi pas un rebond ?    

    3
    susini
    Samedi 6 Février 2016 à 18:26

    De quels emplois parlez vous  ici ? c'est toute la question de la définition .Temps plein ou partiel, bien rémunérés ou non ; pérennes qualifiés rémunérateurs les stats dans leur globalité  ne le disent pas il faut aller dans le détail.

    4
    Dimanche 7 Février 2016 à 01:31

     Pour Wall Street et l’ensemble des boursiers du Monde, il n’y a qu’un seul job report :  Le «  job report ».   non farm payroll report  (cliquez) publié chaque premier vendredi du mois, l’indicateur le plus suivi par WS. Quand j’ai la disponibilité, j’adore regarder son annonce sur la TV US,  à 14h30 française et l’impact qu’il peut déclencher  sur tous les indices, immédiatement. C’est aussi le rapport le  mieux fait ; il  dresse une fresque totale de l’emploi aux US, par secteur, par catégorie… On regrette que les autres pays n’en fassent pas un similaire. Les français incapables de sortir une  telle synthèse mensuelle, adorent le dézinguer. L’Insee  ne sait publier que des stats. sur les chômeurs et rien sur les emplois ; ce qui est significatif de notre état d’esprit.  

    Ce rapport donne énormément de détails,  avec une vingtaine d’annexes : il renseigne sur la totalité des créations d’emplois créés ou détruits en janvier par secteur  (+115 000 nouveaux emplois,  en plus des  +2,7 millions créés en 2015); le nombre faible de temps partiels subis  (6 millions sur 218 millions) de salariés ; le nombre de temps partiels  qui sont passés à temps plein en 2015 : 796 000, et les secteurs qui recrutent ou débauchent. Une information particulièrement utile. 

    Il nous renseigne aussi sur le salaire moyen aux US  25,39$ /heure ;  le nombre d’heures travaillées 34,6h / semaine ; ce qui donne 3 806 $ par mois, en moyenne, soit nettement  plus que le salaire moyen  français !  L’augmentation annuelle des salaires de  2,5%  a permis de distribuer   76$ de plus chaque  mois, 912 $ à la fin de l’année. On aimerait avoir de tels chiffres chez nous. 

    Sylvain a raison, c’est effectivement un bon rapport, encourageant pour le niveau de consommation et la croissance US. 

    5
    Lundi 8 Février 2016 à 22:26

     Forte chute des marchés lundi : encore 3,2% à Paris. 1,5% à WS après que le Dow ait perdu 400 pts. Un Vix à 26. Les marchés sont de plus en plus pessimistes sur la croissance mondiale. Il y a 9 vendeurs pour un acheteur. La baisse est emportée par les financières et les matières premières. Le marché vend et se posera des questions ensuite. 

    Le Cac est au plus bas depuis 2014 à 4066. Les options sur le pétrole, sont à un niveau particulièrement élevé n’ont jamais été aussi nombreuses depuis 2006 ; les investisseurs se réfugient massivement sur les obligations. Les taux US descendent à 1,74%. On enterre les prochaines hausses de la FED. Les marchés ne croient plus à une quelconque efficacité des banques centrales. 

    On a donc simultanément baisse des actions, du $, des taux, du pétrole. L’or reprend encore 3%. Le yen gagne plus de 1%. 

    Il y a bien un moment où le marché va devenir bon marché. Le prochain support du CAC c’est 3918 ! Pour les taux US  c’est 1,63%. Le dollar yen à 115,38 a franchi son support ; il n’y a pas grand-chose pour se raccrocher avant 110 yens ! 

    Difficile d’identifier  un rebond possible dans les 48 h. Presque toute l’Asie et l’Amérique latine étaient fermées lundi.

     

    6
    Mardi 9 Février 2016 à 08:41

    la bonne nouvelle ,c'est le Skew à 120 . Les marchés ne voient pas une chute sur des niveaux beaucoup plus bas ,hors monnaie.

    7
    max11
    Jeudi 11 Février 2016 à 23:47

    Merci pour tes analyses, c'est vraiment du bon boulot.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :