• La guerre commerciale s’accélère

    La guerre commerciale s’accélère

    Au sommaire :

    • La guerre commerciale s’accélère
    • Target 2, Que devra payer l’Italie ?
    • Le CAC lié au niveau de change du yuan et aux banques italiennes

     

    Télécharger « le cac vu de Newyork 25.pdf »

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    jackbenoit
    Samedi 23 Juin à 10:27

    Bonjour et merci pour votre vue hebdomadaire .

    Les banques commerciales ont créé de la monnaie car la BCE fournit les liquidités , sinon cela aurait été impossible sans contre partie, autrement dit avec  sa bénédiction car elle souhaite voir de l'inflation pour que ce système s'auto-alimente ce qui n'est pas le cas évidemment , la double peine ça sera la guerre commerciale qui commence , à moins que l'Allemagne soit la seule touchée , ce qui ne sera pas le cas bien sûr ....

    L'OPEP temporise sur le relèvement de la production , fatalement les prix vont monter , au début ça va mais dans six mois si la machine commence à peiner , on pourrait voir une belle chute des indices mondiaux ....

    Soit l'EUROPE s'entend avec un plan de bataille bien étudié  soit elle court à l'éclatement voulu par les Américains souhaitant garder leur suprématie ....

    2
    Phoebe75
    Samedi 23 Juin à 13:52

     

    Hemve, un grand merci pour les explications. Peut-on dire que Target 2 est une carte de crédit pour les pays du sud, leur permettant de mettre à l’abri leurs avoirs, en Allemagne ? En particulier leur permettant d’éviter un hair cut sur les dépôts en banque  dépassant 100 000 €. Le plus étonnant est que ces pays (Italie, Espagne.) ont des balances commerciales et de paiement en excédent. Il s’agit donc bien d’une fuite de capitaux. Il sera intéressant de voir la publication de Target le mois prochain, après la nomination du gouvernement italien en mai. 

    Au lieu de réjouir les banques allemandes, cette situation devrait les inquiéter, car en face elles ont des créances sur les banques italiennes, créances qui ne valent pas le prix des dépôts ! Si j’ai bien compris : Target 2 ne procède pas à un transfert « physique » des sommes, entre pays. Il dit : un crédit italien vaut des billets en €, en Allemagne. Le système peut perdurer tant que tout le monde considère qu’une banque italienne vaut une banque allemande. Mais si le gouvernement italien sape la confiance dans ses propres banques, en voulant annuler 250 Mds des créances Target, tout s’écroule... 

    Draghi vient d’écrire à plusieurs députés italiens, pour leur dire que s’ils voulaient sortir de l’euro, il faudrait solder les comptes. La zone euro pourrait s’écrouler par décision politique, alors que les économies convergent (sauf le déficit commercial de la France) ! L’équilibre des balances des paiements n’en est- il pas le témoignage ?

    3
    Goodoff
    Samedi 23 Juin à 15:08

     La banque Saderat Iran est connecté à Target depuis la mi- juin. Elle représente les 30 plus grandes banques iraniennes. La zone euro va enfin pouvoir faire les transactions financières, sans passer par le dollar, et sans se faire taper sur les doigts par Trump


     

     

    4
    Goodoff
    Dimanche 24 Juin à 22:59

     

    Target 2 mesure le partage de la monnaie centrale, transférée par informatique entre pays de la zone euro, Pour limiter la base monétaire il aurait fallu limiter les transferts entre pays et éviter cette fuite vers la sécurité. À base monétaire stable, si un pays diminue ses crédits, un autre doit les augmenter. Face à l'afflux de liquidités vers l'Allemagne, celle-ci a dû rembourser ses emprunts à la banque centrale européenne. 

    La BCE ne peut pas simultanément satisfaire les trois objectifs suivants : sécuriser la monnaie commune, autoriser les transferts illimités de capitaux, et contrôler la base monétaire. Un des trois objectifs doit être abandonné. C'est le dernier qui a choisi Mario Draghi :  abandonner la stabilité de la base monétaire. 

    Mais en fait seulement 30 % des liquidités introduites par la BCE se sont retrouvés dans le système non financier, dans l'économie réelle. Cela est dû à ce que les banques commerciales ont profité de l'occasion pour vendre leurs obligations et se faire des liquidités. Comme l'a fait le Japon autrefois. Circonstances aggravantes les détenteurs étrangers en ont profité pour rapatrier chez eux leurs capitaux.

     Les pays du Sud en ont profité pour acheter des avoirs en Allemagne, grâce à Target 2. Les banques allemandes préfèrent garder des billets et du cash plutôt que de prêter au système interbancaire européen avec des taux négatifs. Le QE européen est donc un échec, très loin de l'efficacité du QE américain.

    5
    Jeudi 28 Juin à 15:13

     

    Il faut effectivement ajouter les passifs Target2 aux dettes des pays. Ce qui fait que l'Italie a une dette de 160 % du Pib. 

    La question de la rémunération des soldes Target2 pourrait devenir un enjeu en cas de normalisation des taux de la BCE. Taux aujourd’hui à 0 % depuis mars 2016. Dans l'hypothèse d'un refinancement de 1 %, la banque d'Espagne et la banque d'Italie devraient payer chacune 4 milliards d'euros par an sur leurs passifs Target2. 

    Draghi n'est pas pressé de remonter les taux interbancaires en 2019. Mais l’Allemagne pourrait s’impatienter.

    6
    jackbenoit
    Jeudi 28 Juin à 22:49
    C'est sûr que la moindre hausse des tau et tout et à refaire avec de la dette en plus ...quelle bêtise de faire croire que si les riches s'enrichissent tout le monde va en profiter ...lamentable ! Milles excuses pour les fautes mais difficile depuis un smartphone...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :