• Pourquoi est-il impossible de faire aussi bien que l’indice CAC 40 ?

    Pourquoi il est impossible de faire aussi bien que l’indice CAC 40 ?

     

    Au sommaire : 

    • Pourquoi est-il impossible de faire aussi bien que l’indice CAC 40 ?
    • Un cap qui fait peur, les taux longs US à 3%
    • Course poursuite entre les taux et les dividendes,
    • Les actions US ne rapportent pas suffisamment pour lutter contre les taux à 3%

       

    Télécharger « le cac vu de Newyork 17.pdf »

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Louis
    Samedi 28 Avril à 21:38

    Bonjour à Tous

     

    A la question : Pourquoi est-il si difficile d’avoir une performance supérieure à un indice, surtout si l’on retient la version avec dividende réinvesti (GR).

     

    Par définition un indice est composé d’un ensemble de constituants.

    A l’exemple du CAC40 il rassemble les 40 sociétés les mieux classées essentiellement suivant deux critères, la taille de la capitalisation et à la liquidité des transactions.

    Comme on peut le constater il n’y a très peu de sélection basée sur l’aptitude des sociétés, si ce n’est qu’une société performante voit naturellement sa capitalisation augmenter et aura plus de probabilité de se maintenir ou d’accéder à l’indice, qu’une moribonde.

    Comme il ait dit plus haut un indice est composé de plusieurs constituants, il y a une certaine diversification.

    Malheureusement on cantonne la diversification de façon restrictive au seul aspect de la gestion du risque.

     

    La réponse se trouve dans le mécanisme de valorisation de l’ensemble que constitue l’indice.  

     

    Pour simplifier prenons le principe qu’au départ, tous les composants sont en pondération égale.

     

    Dès la première séance, la variation des divers composants diverge.

    Après plusieurs jours, mois, années, Les plus performants ont une capitalisation qui augmente au point d’animer l’indice, les moribonds dont la capitalisation s’effondre perdent de leur influence.

    Plusieurs études sur la valorisation des indices ont démontré que c'est 15 à 25 % des composants qui forment le groupe des leaders, qui effectuent l’essentiel de la performance de l’indice.

    Face à cette constatation, dans la gestion d’un portefeuille, on peut s’interroger sur l’opportunité de faire des arbitrages.

    Le risque est de couper les ailes à un leader pour renflouer un moribond de la queue de l’indice ou du portefeuille.

    Toutefois le groupe des leaders n’est pas stable, ni celui de la queue.

    Si dans le premier groupe un des animateurs vient à décliner, l’indice ou le portefeuille va être fortement impacté, inversement dans un premier temps un recovery sera minimisé.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :