• Pourquoi est-il impossible de faire aussi bien que l’indice CAC 40 ?

  • Commentaires

    1
    Louis
    Samedi 27 Avril à 17:51

    Voici une étude que j’avais faite l’année dernière sur l’évolution des indices

     

    A la hausse la prise de valeur d’une action est infinie, à l’inverse, à la baisse elle peut perdre au maximum 100% de sa valeur d’achat, ainsi sur le très long terme une action qui a pris + 1.000% de hausse compense la perte totale de 10 autres actions.

    A l’exemple de l’action Facebook introduite en 2012 à 38 $, considérait à l’époque comme une introduction ratée, 6 ans plus tard, avant son  plongeon de l'automne 2018 l’action cotait 217,50 $ soit une petite hausse de +472%, comme introduction ratée il y a pire. A elle seule en pondération initiale égale, elle compense la perte totale de 4 autres actions, tout en conservant le placement initial et en obtenant un petit solde de gain. Cette exemple de performance reste loin d’être extrême à l’exemple de NVIDIA (+1.086% sur 3 ans) dans le Nasdaq100 ou dans notre CACSmall des +2.057% de Xilam Animation et des +1.700% de Paragon en 2018.

    Avant d’arriver à ces extrêmes, une action qui a une performance supérieure, voit sa part de capitalisation augmenter. Ainsi la part de capitalisation se concentre dans le haut de l’indice et impacte la progression de celui-ci, ces actions sont considérées comme les leadeurs de Marché. Inversement une action qui a accusé une baisse de plus de 90% voit son influence devenir indolore, celle-ci se trouvent dans la queue. Cette évolution naturelle s’amplifie dans le temps.

    Des études sur les grands marchés Américains ont montré qu’à Très Long Terme entre 1/5 et 1/4 des actions très fortes, appelées Leadeurs sont responsables de l’essentiel de la progression du marché, à l’opposé dans une proportion sensiblement plus longue nous retrouvons la queue. D’autres analyses sur les marchés de Grande Bretagne et au Canada réduisent le groupe des Leadeurs au environ à 15% de l’effectif. Cette part de Leadeurs est fonction des scores extrêmes des premiers Leadeurs à l’exemple de Xilam Animation et de Paragon dans le CAC Small en 2018 et de la durée de l’étude.

    Une autre étude de Hendrik Bessembinder qui est remonté jusqu’en 1926, à mis en lumière que sur 26.000 actions apparues sur cette période, seulement 1.000 ont généré 100% de la valeur pour les actionnaires, dont 150 ont créé 60% de la richesse, 50 en ont créé 40%, et les 5 premières 10%.   

    Ces diverses constatations se rapprochent de la loi de Prado dite de 80/20 et de la distribution Gaussienne, avec la particularité que du côté des Leadeurs on a un impact à la Hausse fort/Très fort et à l’opposé en queue de l’effectif, elles perdent de leur influence.

    A courte échéance cette logique a une limite, si un leadeur vient à décliner. On l’a bien constaté durant le Krach de 2000 avec les secteurs : Technologique (Alcatel) - Média (Vivendi) - Télécom (France télécom), cet ensemble représentait fin 1999 près de 24% de la capitalisation du CAC40, puis 22% fin 2000 avant de plonger sous les 10% fin 2002. Entre fin 2000 et fin 2002, ce groupe d’action avait le plus fortement baissé à l’exemple des -93% (Alcatel) à -78% (Vivendi) contre -45,76% pour l’indice CAC40 GR.

    Un des risques majeurs sur le marché des actions comme lors de la bulle de 2000 est d’acheter trop cher, même si votre cible fait partie des leadeurs du marché, ici en particulier à la moindre déception le retour du marché est sévère.

    Inversement plus l’étude est à longue échéance, plus la proportion des composants qui superforme l’indice de référence se réduit, par contre ceux qui dépasse l’indice de plus de 100% s’accroit, la sélection naturelle s’opère.

    2
    Louis
    Samedi 27 Avril à 18:39

    Au fait pour ceux qui veulent consulter les indices de rentabilités Return indexes, voir mon commentaire de la semaine dernière, voici quelques liens

     

    S&P 500

    https://us.spindices.com/indices/equity/sp-500

    Puis en sélectionnant la durée du graphique et en activant export en bas à droite du graphique un fichier Excel se télécharge avec les trois variantes TR – Net TR et indice de prix

     

    Idem pour le Dow Jones

    https://us.spindices.com/indices/equity/dow-jones-industrial-average

     

    Pour le Nasdaq 100 c’est plus laborieux

     

    Total Return : XNDX - / Nasdaq

    https://investir.lesechos.fr/cours/historique-indice-nasdaq-100-total-return-index,xnas,xndx,xndx,tick.html

     

    Net total Return : XNDXNNR - / Nasdaq

    https://investir.lesechos.fr/cours/historique-indice-nasdaq-100-notional-net-total-return-index,xnas,xndxnnr,xndxnnr,tick.html

     

    Indice de prix : NDX - US6311011026 / Nasdaq

    https://investir.lesechos.fr/cours/historique-indice-nasdaq-100,xnas,us6311011026,ndx,tick.html

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Louis
    Samedi 27 Avril à 19:05

    Lorsque l’on s’imprègne de l’évolution des indices Total Return et que l’on considère que 30% des dividendes sont détournés par les taxes, alors oui on peut retenir comme placement judicieux les trackers adossés aux indices Total Return.

    Toutefois ce choix doit être précautionneux et fort de certaines expériences si l’on se hasarde aux levier 2.  

    4
    Louis
    Samedi 27 Avril à 19:15

    En fin pour finir

    Il faut savoir que l’on peut placer à l’exemple du Tracker : LYXOR ETF NSDQ DL : levier 2 adossé sur le Nasdaq 100 : LQQ : dans un PEA

    https://www.euronext.com/fr/products/etfs/FR0010342592-XPAR/market-information

    5
    xavier
    Mercredi 1er Mai à 11:39

    Je suis très surpris par l'article, c'est comme si tu n'avais pas compris comment fonctionne un indice.

    Un indice par capitalisation comme le CAC 40 est comme un portefeuille, un titre qui monte va automatiquement avoir une plus grande pondération, sans en acheter plus. Et c'est l'inverse pour les titres baissiers. On peut suivre le cac 40 en faisant très peu de mouvements et les pondérations vont suivre celles du CAC 40.

    Dans ton portefeuille, si tu mets 1000 euros dans 2 actions, que l'une prend 100% (donc pèse 2000 euros) et l'autre perd 50% (donc pèse 500 euros), celle avec la meilleure performance va peser 4 fois plus que l'autre, et c'est la même chose pour le CAC. Et cela sans racheter plus de la gagnante ou vendre la perdante.

    6
    Vendredi 3 Mai à 13:51

     

    Pour reconstituer l’indice CAC en 2018, il fallait acheter 1,1% de Valeo et 4,7% d’Airbus .
    Sans aucune modification, le portefeuille composé des deux valeurs  avec une pondération fixe,  ne réplique plus l’indice en 2019 .Le Cac contient alors 0,6% Valeo et 5 ,7% Airbus  

    Exemple avec deux valeurs  

    Airbus est passé de 95,7 à 117,7€ ; Valéo de 59,6 à 30,53€ .
    l’indice Cac vaut 5,26 € en 2018  et 6,83 € en 2019 

    Mais le portefeuille constitué des deux valeurs avec une pondération fixe  ne vaut que 5,98 € en 2019 soit 16% de moins. Les variations de pondération amplifie l’écart

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :